Le partage dans le cadre d'un divorce par consentement mutuel (DCM)

L'un des avantages d'un divorce par consentement mutuel (DCM) est que vous pouvez choisir comment vous allez tout partager entre vous. Mais comment commencer ? Qu'est-ce qui doit être divisé ? Nous expliquons brièvement quelques points ci-dessous.

Qu'est-ce qui doit être distribué ?

En principe, tout ce qui est commun doit être divisé. Mais qu'est-ce qui est commun exactement ? Pour le déterminer, nous devons examiner le régime matrimonial.

Si vous êtes mariés sans un contrat de mariage, vous êtes mariés sous le régime légal. Le patrimoine commun est alors composé de tous les revenus du couple, des biens acquis durant le mariage, etc. Dans un contrat de mariage, il sera déterminé ce qui doit être considéré comme commun.

Le régime légal

Si vous et votre partenaire n'avez pas conclu de contrat de mariage, la loi prévoit un régime légal. Ce régime prévoit que tous les biens, les revenus et aussi les dettes acquises pendant le mariage sont en principe communs. Les biens que vous possédiez déjà avant le mariage et ceux que vous avez acquis par donation ou par testament font partie de votre patrimoine propre. Le salaire que vous recevez durant le mariage sera un bien commun, même s'il est versé sur votre propre compte.

Le contrat de mariage

Si vous avez adopté le régime de la séparation de biens, il n'y a en principe pas de biens communs. Si vous et votre partenaire avez opté pour le régime de la communauté universelle, tous les biens sont communs, peu importe la façon et le moment dont les biens ont été acquis, ils appartiendront toujours aux deux époux. En cas de dissolution de ce régime (divorce ou décès), tout sera partagé par moitié.

Il existe également plusieurs exceptions possibles aux régimes. Si vous avez conclu un contrat de mariage, il est préférable de vérifier ce qui a été stipulé dans le contrat.


Avez-vous des questions ? Contactez-nous
014/88.29.89 ou info@hegislegal.be
Lu - Je : 8h30 - 17h30
Ve : 8h30 - 12h

Tel                  Mail


Les biens

Il existe des biens mobiliers et immobiliers. Nous expliquons brièvement ces deux aspects ci-dessous.

La division des effets du ménage

Les biens mobiliers comprennent tous les meubles, les articles ménagers, les appareils électroniques, etc. Il est préférable de passer en revue les questions suivantes avec votre partenaire : Chaque article sera-t-il attribué à quelqu'un individuellement ? Ou bien l'un des partenaires recevra-t-il l'intégralité du contenu et en dédommagera-t-il ou non l'autre partenaire ? Ou bien le contenu sera-t-il vendu et le produit de la vente divisé ? Si vous décidez de vendre vos effets ménagers, vous devez indiquer le plus précisément possible comment vous comptez les vendre, par exemple le prix minimum souhaité, le canal de vente, etc.

Pièces de monnaie

Les comptes bancaires et les ressources financières

Un accord doit également être établi concernant les comptes bancaires communs. Toutefois, cela ne s'arrête pas aux comptes bancaires conjoints, car, comme nous l'avons mentionné plus haut, les sommes déposées sur le propre compte de chacun peuvent encore être conjointes. Dans ce cas, il faut diviser non seulement les comptes joints, mais aussi les comptes personnels. Dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel (DCM) vous êtes libre de diviser les fonds et les comptes comme vous le souhaitez. Vous pouvez décider ensemble de clôturer les comptes et de partager l'argent à 50/50, ou vous pouvez, par exemple, attribuer les comptes, y compris le solde, à l'un des partenaires. Il peut aussi être intéressant de conserver un compte commun et de l'utiliser pour payer conjointement les frais de la maison du propriétaire pour le moment ou, par exemple, de l'utiliser comme compte enfants.

Tisonnier de voiture

Les véhicules

Une fausse idée très répandue veut que l’immatriculation auprès de la Direction pour l'Immatriculation des Véhicules (DIV) détermine qui est le propriétaire de la voiture. Toutefois, l’immatriculation n'est pas une preuve de propriété. Même une voiture achetée par un seul des partenaires pendant le mariage peut être commune et doit être réglée. Par conséquent, il ne suffit pas d'immatriculer la voiture au nom d'un partenaire pour l'attribuer à ce dernier. Un arrangement concernant cette voiture doit également être inclus dans votre convention DCM. Dans le cadre d'un divorce par consentement mutuel (DCM), vous pouvez répartir les voitures comme vous le souhaitez. Vous pouvez choisir à quel partenaire la voiture doit être attribuée, si un montant sera payé, etc.

Chien

Les animaux domestiques

Selon la loi, les animaux domestiques relèvent également du droit des biens et il doit y avoir un accord sur l'animal. Toutefois, nous ne considérons pas un animal de compagnie comme un simple bien meuble sur le plan émotionnel, car nous avons souvent un lien étroit avec lui. Il est donc possible de prendre des dispositions supplémentaires dans le cadre d'un divorce par consentement mutuel (DCM). Par exemple, il est possible de prendre un arrangement (de promenade) ou d'inclure des dispositions supplémentaires concernant les frais vétérinaires, etc.

Clé

Les biens immobiliers

S'il y a des biens immobiliers, il faut d'abord faire la distinction entre les biens appartenant à l'un des partenaires (par exemple, une maison antérieure au mariage qui n'a pas été apportée à la succession commune) et les biens immobiliers qui sont communs ou indivis (par exemple, une maison achetée conjointement par les deux partenaires pendant le mariage).

En principe, vous avez trois choix pour les biens immobiliers communs :

La maison reste indivise : Les deux partenaires restent alors propriétaires et les principes de la copropriété s'appliquent. Ceci est possible pour une période de 5 ans. Après cette période, il peut encore être renouvelé.

La maison est attribuée : L'un des partenaires peut choisir de reprendre l'ensemble de la propriété. Dans ce cas, vous devrez convenir ensemble si un montant doit être payé ou non par le partenaire qui reprend le bien. Il est possible que le bien soit encore grevé d'une hypothèque : il est préférable de se renseigner auprès de la banque sur les possibilités.

La propriété est mise en vente : Si vous décidez de mettre la propriété en vente, vous devrez prendre des dispositions ensemble : À quel prix de vente le bien sera-t-il proposé sur le marché ? Quel est le prix plancher ? Comment le bien sera-t-il vendu (par exemple par l'intermédiaire d'un agent immobilier, d'un notaire, en public, à l'amiable, etc.) Que ferez-vous du montant que vous recevrez ? Ce montant sera-t-il distribué de manière égale ?

Avec les options ci-dessus, il arrive que vous ayez également besoin d'un notaire pour rédiger un acte notarié qui doit être annexé à la convention DCM. Ce n'est pas le cas lors d'une vente. Si vous souhaitez savoir si vous aurez besoin des services d'un notaire dans votre situation, veuillez nous contacter et nous examinerons les possibilités.

Les dettes

Des dispositions doivent également être prises concernant les dettes conjointes. Vous pouvez décider qu'un seul partenaire continuera à payer la dette, ou que les deux partenaires seront conjointement responsables des paiements, etc. Notez qu'en principe, ces dispositions ne s'appliquent qu'entre les conjoints. Le créancier peut toujours réclamer les deux ex-conjoints en cas de non-paiement. Le partenaire adressé aura alors un droit de réclamation contre l'autre partenaire.

© 2017 - 2022 Hegis Legal | sitemap | rss